La Forêt de la Petite Charnie

Vous avez pu remarquer, en passant en forêt de Petite Charnie, une grande zone coupée à blanc depuis deux ans, et penser « ils vont encore enrésiner »… Il n’en est rien. Il s’agit d’une plantation comparative de chênes. Actuellement la sélection des peuplements de chênes s’opère uniquement sur la morphologie des arbres. Cette technique permet d’éliminer les plus mauvaises sortes de chênes, mais ne sélectionne pas les meilleures. Aussi avons-nous entrepris, en collaboration avec l’INRA, la plantation de 24 hectares de chênes de cent provenances différentes (France et Europe) afin de connaître les valeurs génétiques de ces différentes espèces. Les mesures et contrôles seront faits sur un siècle.

Randonnées en forêt de Petite Charnie

Des sentiers ont été aménagés et balisés en forêt de Petite Charnie pour les amateurs de la randonnée pédestre et les pratiquants du Vélo Tout Terrain. Si le circuit complet mesure 14 km, des variantes plus courtes permettent de découvrir la forêt en un après midi (voir page suivante, la carte de la forêt).

Au fil des chemins suivis, le promeneur atteint le point culminant de la forêt (187 m) puis peut déjà admirer le point de vue sur la carrière de Voutre, la forêt de Sillé et le village de Parennes.

Le sentier longe les parcelles 21 et 22 qui sont l’objet d’une expérience conduite par l’INRA et l’ONF. Défrichée, cette surface de 24 hectares est plantée de chênes de diverses espèces européennes.

Sur le parcours, au niveau de la ferme du Petit Houx, on peut observer le « chêne Moreau ». Ce chêne, le plus vieux de la forêt (environ 250 ans) porte le nom du garde forestier qui, en 1928, a été acheté avec la forêt – oui, le garde a été « acheté » ! En effet, la forêt appartenait, avant 1917, à la famille des Cars, propriétaire du Château de Sourches. L’Etat, lorsqu’il a racheté cette forêt, a conservé son gardien. En souvenir de cet homme, son nom a été attribué au chêne.

La variante V.T.T. emprunte l’ancienne ligne de chemin de fer, ouverte en 1880, qui reliait Sablé à Sillé-le-Guillaume. Elle servit au transport des passagers et marchandises jusqu’en 1914. Après la guerre, elle assura seulement le transport des marchandises puis, devenue peu rentable, elle fut fermée en 1954 et démontée en 1958.

La forêt est plantée de feuillus : chênes, hêtres, charmes et de résineux. Le sapin de Douglas a des aiguilles disposées de chaque côté de la branche, le fruit, petit, se trouve en bout de branche. Le sapin normand possède des aiguilles en forme de brosses très drues.

Si on est suffisamment attentif et silencieux, on peut avoir la chance de croiser des lièvres, des chevreuils ou des sangliers (plus difficiles à voir). On reconnaît le chevreuil à son arrière train quand il s’enfuit : celui de la femelle est en forme de haricot, celui du mâle en forme de cœur !

Il ne faudra pas manquer non plus l’agréable sentier du Clos Bardoult, plus proche du bourg.